Posts à l'affiche

Les constats du 2ème panorama FSC de la digitalisation de la Supply Chain

Alors que le lab digital de France Supply Chain vient de publier son panorama digital avec le concours technique de Digilence, les experts en agilité de DigiLence vous proposent leur synthèse des enseignements de cette édition 2021.


Pour la seconde année, DigiLence a accompagné France Supply Chain dans sa vaste enquête auprès de ses adhérents sur la dynamique de transformation digitale des entreprises dans les domaines de la supply chain.


La Supply Chain au cœur de la digitalisation des entreprises


La seconde édition de cette étude met notamment en évidence un rôle croissant des Supply Chain managers dans la transformation digitale de leurs entreprises en les intégrant dans les Comex et les Codir notamment ; Alors qu'il y a encore quelques années l'emphase était mise par les entreprises sur la communication de l'entreprise avec ses partenaires (prospects, clients, personnel), l'étude indique que les transformations digitales pénètrent de plus en plus toute la chaine d'approvisionnement de l'entreprise, et les supply chain managers se retrouvent de plus en plus fréquemment mobilisés par ces chantiers digitaux. Un des objectifs majeurs : pouvoir augmenter la réactivité et l’agilité de l'entreprise face à une demande plus volatile et plus exigeante en termes de délais de livraison.



Vers la fin de "l'Ubérisation" ?


Un autre enseignement intéressant est que la concurrence existante est maintenant plus redoutée que l'arrivée de nouveaux entrants, signe que la transformation digitale est maintenant bien implantée au cœur des process des entreprises. Les entreprises sont maintenant 39 % à craindre la concurrence existante vs 31% l'arrivée de nouveaux entrants. Ainsi par exemple, la gestion combinée des canaux de vente (passage du "multicanal" à "l'omnicanal") progresse avec 77% des entreprises qui ont fait le choix de cette approche et un doublement spectaculaire du nombre de répondants (26% vs 15% l'an dernier) qui l'ont d’ores et déjà pleinement mis en place.


Le défi de la donnée :

Les échanges, l'amélioration du contenu et l'analyse des données sont sans surprise 3 priorités sur lesquelles toutes les entreprises ont déjà réalisé des chantiers et l'étude 2021 confirme les progrès réalisés par les entreprises. Du coté des surprises on relève notamment que le recours à des opérateurs de saisie virtuels (Robotics Process Automation, RPA), une technologie pourtant particulièrement adaptée aux enjeux de la digitalisation des Supply Chains, n'est pas encore diffusée dans la majorité des entreprises, même si elles sont 45% (vs 25% l'an dernier) à l'avoir déjà adoptée. Les échanges de donnée en temps réel commencent à prendre une place importante dans les chantiers prioritaires.


La résilience des Supply Chains


Impact de la pandémie sur les approvisionnements, croissance des menaces de cybersécurité : la pandémie a mis en évidence la fragilité de Supply Chains, alors que la tendance jusque là portait sur l’élimination des marges de sécurité et des stocks tout au long de la chaine de valeur.


On note également une prise de conscience des Responsables Supply Chain d’un manque de réelle connaissance de leurs fournisseurs R1, R2 : identification des flux critiques, charge/capacité partagée entre autres (S&OP avec seulement 6% des fournisseurs).


La résilience, c'est à dire la capacité des entreprises à mieux garantir leur promesse au marché, va très vraisemblablement continuer à mobiliser les énergies dans les entreprises dans les années à venir !


Se transformer aussi vite qu'humainement (et économiquement) possible


Nous l'avons souvent évoqué dans ces colonnes, l'humain est une composante essentielle de la transformation digitale. L'implication des métiers, le recrutement de talents et la diminution des résistance internes sont trois des quatre axes de progrès de l'année qui arrivent en tête et sont chacun cités par environ un tiers des entreprises. Le manque de capacité de réalisation des projets et la résistance au changement demeurent néanmoins les principaux obstacles, à un niveau comparable avec la difficulté d'atteindre une rentabilité économique sur certains projets.